Oxygénothérapie

N’hésitez pas à nous contacter

L’oxygénothérapie désigne un traitement médical visant à apporter de l’oxygène à l’organisme par voie respiratoire.

Rappelons que l’oxygène est un élément essentiel à la vie. Il est transporté dans le sang par l’hémoglobine, depuis l’appareil respiratoire vers le reste de l’organisme. Les cellules, ainsi nourries en oxygène, peuvent produire l’énergie essentielle à leur fonctionnement.

La principale indication du traitement par l’oxygénothérapie est l’insuffisance respiratoire chronique (IRC). Elle est caractérisée par l’impossibilité pour les poumons de maintenir des échanges gazeux normaux.

Ainsi, apparaît une hypoxémie chronique (manque d’oxygène) ou une hypercapnie (augmentation du CO2). Les résultats des gaz du sang sont altérés.
La pathologie principalement responsable de l’IRC est la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Les symptômes liés à l’insuffisance respiratoire sont nombreux. Vous pouvez ressentir une fatigue constante, un essoufflement à l’effort, des toux répétées, un encombrement des voies respiratoires, des maux de tête.

D’après de nombreuses études, l’oxygénothérapie a fait la preuve de son efficacité en réduisant la mortalité au long cours. Au quotidien cela améliore la tolérance à l’effort, le sommeil, la concentration et la qualité de vie.

Ce traitement figure donc sur la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) par l’Assurance maladie. Il peut être délivré grâce à différents dispositifs médicaux fixes et portables mais uniquement sur prescription. C’est votre médecin qui décidera en fonction de votre pathologie et de vos besoins du matériel nécessaire.

Rappel PHILIPS

Dans le cadre du rappel mondial de certains ventilateurs et appareils de PPC Philips Respironics, l’ANSM réuni le 8 juin 2022 un comité d’experts ad hoc (CST) afin de mieux analyser les risques potentiels liés à l'utilisation de ces appareils défectueux.

Les conclusions du CST sont rassurantes !

On peut noter que les données épidémiologiques actuellement disponibles n’apportent pas d’éléments fiables quant à l’éventuel impact sur la santé des particules issues de la dégradation de la mousse des appareils faisant l’objet du rappel.

Également, l’agent cancérogène prétendument identifié en juin 2021 était le diméthyldiazène (DD). Les experts considèrent que le DD a été vraisemblablement confondu avec l’acétone. Le risque lié à ce COV libéré de façon précoce évoqué par la société Philips en juin 2021 n’est donc pas avéré faute de preuve de sa présence.

Cependant, le remplacement des appareils doit être poursuivi selon le plan fixé par la décision de l’ANSM. Les recommandations faites par l’ANSM en juin 2021 restent valables d’autant plus que le risque lié au diméthyldiazène n’est vraisemblablement plus avéré.
Pour rappel les recommandations en vigueur sont les suivantes : « les patients doivent continuer à utiliser leurs appareils. L’arrêt d’utilisation présente un risque avéré à court terme, par exemple une somnolence accidentogène, un sur-risque cardiovasculaire, ou encore une aggravation de l’insuffisance respiratoire.
D’après les premières données disponibles, le risque de cancer lié à l’utilisation de ces ventilateurs et appareils de PPC concernés n’est pas avéré. »

Toutes les équipes de Respi O2 travaillent au quotidien pour vous. Nous avons déjà remplacé plus de 80% des PPC concernées par le rappel de lot !

Pour retrouver l’ensemble des informations concernant le communiqué de l’ANSM CST, vous pouvez le consulter : https://ansm.sante.fr/evenements/comite-scientifique-temporaire-appareils-de-ventilation-philips-respironics-concernes-par-le-rappel-de-juin-2021-etat-des-lieux-des-donnees-disponibles-et-preconisations